La passion du livre
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA

Aller en bas 
AuteurMessage
Méandros

avatar

Masculin
Nombre de messages : 109
Livre préféré : Saga des "Enfants de la Terre"
Site Web : http://chronique-de-krondor.forumpro.fr/
Lecture actuelle : La Rage d'un Roi Démon (Raymond Feist)
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Lun 17 Juil 2006, 20:56

Bonjour.

Voici une japonaiserie qui pourra plaire aux lecteurs et lectrices de Mangas (Pour la petite histoire en 1937 ce roman a été adapté en BD noir et blanc, il était un précurseur aux mangas actuels).
Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven



Présentation de l’éditeur :

La pierre et le sabre.

Personnage historique devenu héros légendaire, Myiamoto Musashi a inspiré à Eiji Yoshikawa ce fabuleux roman qui est l'Autant en emporte le vent du Japon. (Les deux ont été publiés à la même époque 1937)

Qui était Musashi ? A vingt ans, un jeune homme insupportable, véritable petit coq de combat, qui ne rêvait que d'en découdre et pour qui le maniement du sabre était un but en soi. Puis il croisa un maître, un moine, et sa vie en fut transformée. Non qu'il cessât de parfaire sa science des armes, de parcourir les routes, poursuivi par tous ceux que son audace, sa diabolique habileté, son incroyable sang-froid rendaient fous de rage. Mais cette vaillance, il avait compris qu'elle n'était qu'un moyen de parvenir à la sagesse, de dominer les forces du mal. Avec pour alliée et amante, toujours présente et discrète, la douce Otsù qui l'exalte, le réconforte … et l'empêche de tomber dans les pièges que d'autres femmes ne cessent de lui tendre.

Histoire de cape et d'épée, d'amour et d'aventures, La Pierre et le Sabre est un authentique témoignage sur la vie des japonais au XVIIe siècle : les samouraïs bien sûr, cette aristocratie militaire, et surtout le petit peuple (Marchands, artisans, paysans, moines guerriers) truculent, mais aussi étonnamment instruit, sensible à l'art et à la poésie.


La parfaite lumière.

Dans La Pierre et le Sabre nous avons vu Musashi, arrogant bretteur de village, devenir un des grands maîtres du sabre et s'engager sur la voie de la sagesse, en compagnie du moine Takuan et de la douce Otsu.

Dans La Parfaite Lumière nous retrouvons la trame complexe et limpide de cette gigantesque tapisserie, et suivons chacun des fils de l'intrigue. Ainsi apprendrons-nous comment se résolvent les longues amours contrariées d'Otsu et Musashi, ce qu'il advient de la haine passionnée de la vieille Osugi pour notre héros, et quelle sera l'issue de la rivalité entre Musashi et Kojiro, son plus redoutable adversaire. Au sortir de ce combat de titans, le vainqueur abordera enfin de LA PARFAITE LUMIERE.

Prodigieuse épopée ! Le grand art du conteur populaire que fut YOSHIKAWA s'applique ici à un personnage hors du commun. Un grand roman autour d'un héros inoubliable.

Mon commentaire :

Pour ceux qui aiment le style de la littérature Japonaise, peut-être connaissez-vous Eiji Yoshikawa ? Cet auteur de la littérature japonaise a été au Livre ce qu’est Akira Kurosawa (les sept samouraïs) au Cinéma "Un Géant" et ce n’est pas la taille de ses deux pavés (1400 pages en un seul volume et cent vingt millions d’exemplaires publiés au Japon) qui infirmeront ce constat.

"LA PIERRE ET LE SABRE" & "LA PARFAITE LUMIÈRE"



J'ai adoré (c'est à dire que j'ai lu l'histoire plusieurs fois, à recommander pour une personne qui n'a rien à lire le Vendredi et veut occuper son week-end).

Il faut savoir que Myiamoto Musashi a bel et bien existé au 17em siècle sous le Shogunat de Tokugawa Ieyasu, et qu’il incarne pour tous les japonais le héros national.

Eiji Yoshikawa se permet pourtant d’enjoliver la réalité du personnage ; Myiamoto Musashi apparaît pratiquement parfait, une romance toute en nuance pudique vient se greffer sur l’histoire pour en faire un héros bien propret. En fait le personnage était tout autre, cradingue comme un poux car il craignait l’eau surtout pour se laver, batailleur et osant frapper par derrière quand son intérêt immédiat l’exigeait, violeur et sans aucune manière avec les femmes, poivrot de l’aube au crépuscule (Tout du parfait gentleman, comme diraient nos amis So British, et un peu comme François Villon (poète français du 16siècle), poète, gueux, voleur et assassin à ses moments perdus).

Alors pourquoi est-il devenu héros de l’Empire du Levant ?

Parce que malgré tout, il fut l’un des plus grands escrimeurs de l’histoire du Japon, et qu’il écrivit à la fin de ses jours le livre "Gorin-No-Sho" (Cinq Roues ou Cinq anneaux). Manuel et réflexions sur l’art du code Bushido et la voie du Sabre. A la fin des années 1930, ce livre était dans tous les paquetages des soldats nippons pour les exhorter à la bravoure et au dépassement de soi.

Il y a deux passages qui révèlent beaucoup de choses sur la philosophie du code Bushido des samouraïs, même s'ils sont banals en première lecture.

Un jeune élève d'une école de sabre désire obtenir une leçon d'escrime d'un maître confirmé ; en retour il reçois une Pivoine Blanche fraîchement coupée pour toute réponse (à lui de définir, le message). Furieux, il demande si c'est tout ce qu'a dit le maître ? On lui répond "oui", il part convaincu que le maître n'a qu'une réputation surfaite, tandis que Musashi en quête de la parfaite lumière, ramasse la pivoine, et parvint à déchiffrer le message, et ce, rien qu'en observant la coupe de la tige ; il en tire la seule conclusion : qu'il lui reste encore à acquérir plus d'expérience et de sagesse avant de revenir demander une audience au vieux maître.

Le deuxième passage mets en scène cinq rônins prétentieux qui veulent provoquer Musashi alors qu’il achève son repas. Sans se départir de son calme, juste gêné par le vol de cinq mouches, il gesticule une chorégraphie de sa main droite qui tient toujours ses baguettes et dépose devant chaque rônin une mouche morte avant de quitter l’auberge. (C’est déjà coton de manger avec des baguettes, si en plus il faut attraper les mouches avec, cela risque vraiment de devenir galère).

J'aime bien aussi l'allégorie sur les artisans qui se chargent de redonner du tranchant au Katana, (sabre japonais) "Des polisseurs d'âmes".


Dernière édition par le Mar 18 Juil 2006, 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R'yiel
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 734
Age : 31
Livre préféré : Le trône de fer de George R.R. Martin
Lecture actuelle : Le voleur d'innocence de René Frégni
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Mar 18 Juil 2006, 12:23

Merci pour ta présentation. Tu fait des résumer vraiment complet c'est agréable à lire. intelo;:

En tout cas, ici tu m'as donné envie, donc je vais prendre la direction de la librairie des que possible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odi-Zan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Date d'inscription : 27/07/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Jeu 07 Déc 2006, 21:31

En ce qui me concerne, je l'ai entamé hier. :sri:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krail

avatar

Masculin
Nombre de messages : 301
Age : 28
Date d'inscription : 05/08/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Jeu 07 Déc 2006, 22:06

Perso j'aime pas trop le style d'histoires japonnaises. C'est pas du tout mon genre de lecture. D'ailleurs je n'ai jamais été attiré par ces pays. Certaines parties de leur cutlure m'intéresse beaucoup. Leur histoire me fascine. Mais dans la vie actuelle... rien ne m'encourage à aimer leur civilisation ^^ Sauf les arts martiaux, il y en a certains que j'apprécie beaucoup.

Et l'histoire d'un type qui part de rien pour devenir un guerrier légendaire qui peut se sentir capable de décimer une armée toute entière, c'est typique des histoire de chez eux ^^ J'aime ce genre d'histoire, mais pas assez de réalisme. Quoique j'avais beaucoup aimé le film "Le Dernier Samouraï"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R'yiel
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 734
Age : 31
Livre préféré : Le trône de fer de George R.R. Martin
Lecture actuelle : Le voleur d'innocence de René Frégni
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Ven 08 Déc 2006, 10:53

hum...Krail je rois qu'il faut lire le livre avant de le critiquer. D'ailleur cette histoire ( d'aprés le résumé et la préface ) ressemble un peu à nos Mousquetaires. Mais je ne pourraît pas te le confirmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krail

avatar

Masculin
Nombre de messages : 301
Age : 28
Date d'inscription : 05/08/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Ven 08 Déc 2006, 17:34

J'ai jamais critiqué le bouquin j'ai critiqué l'esprit littéraire des japonnais. Et puis le résumé me laissait à dire que le perso était un héros épique. Et que ce genre de registre était souvent retrouvé chez les japonnais. J'aime pas mais c'est pas pour autant que je suis inculte dans le domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odi-Zan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Date d'inscription : 27/07/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Ven 08 Déc 2006, 19:05

En fait, La pierre et le sabre raconte l'histoire d'un véritable héros. Il n'était pas rare, dans le passé, que des gens ordinaires, dont la vie bascula imprévisiblement, décidèrent de gagner la voie de la sagesse et de devenir le meilleur des guerriers du monde. Ce fut le cas, par exemple pour Bedale (orthographe...) (dans le film Fight In The Wind) qui se jura (après maintes humiliations en public) de devenir le meilleur combattant de son pays. Il s'exila ainsi dans les montagnes et s'entraîna dur pour devenir le plus grand karatéka. Il frappa dans des trons, flanqua des coups de pieds contre les arbres etc pour devenir, enfin, un puissant guerrier qu'on connaît tous (au Japon) aujourd'hui. Il est, en outre, le fondateur du sport "Ultimate Fighting" que ceux qui veulent devenir les meilleurs, adoptent. Certains passages de son histoire sont peut-être exagéré, néanmoins ce Bédale tua la plupart des grands maîtres de Karaté en duel. C'est pourquoi il est un héros de leur mythologie actuelle (des années 1800 à aujourd'hui, d'après moi).

Pour en revenir à La pierre et le sabre, le héros qui se nomme Musashi, d'après la préface, est certes un peu modifié dans le roman (puisqu'il est décrit, grand, beau, fort etc) alors qu'il était dans la normale de taille, trapu et impoli, violent parfois etc). Mais ce type se jura de devenir l'un des meilleurs bretteurs, et normalement il y est arrivé. S'il est un grand héros aujourd'hui (que tous les japonnais connaissent) c'est parce qu'il écriva aussi un livre sur l'art du sabre, sa maîtrise, la recherche et la maîtrise de soi que bientôt, tous les fantassins d'armée japonnaise avaient dans leur sacoche. Il fonda même une école. Donc, même si parfois il y a de la romanisation, la plupart des véritables grands héros japonnais méritaient leur gloire. Néanmoins, la littérature japonnaise aime mêler aussi des histoires à l'eau de rose à la japonnaise (pas toujours très agréables à lire) ainsi que des enjeux politiques difficiles à saisir, pour nous autres européens. Néanmoins le simple fait de lire une aventure sur un art martial, qui plus est se trouve être le sabre, m'inspire beaucoup. Déjà, j'ai toujours été attiré par ces guerriers chinois (pas très japonnais mais bon^^) qui combattaient parfois seuls face à des armées entières (période San Guo, guerres des Trois Royaumes, présentes dans les jeux vidéos Dynasty Warriors). Evidemment, on peut soulever de l'exagération, toutefois j'en ai tellement prit l'habitude que je prends ces prouesses plus légèrement et suis donc moins critique dessus. Car j'en tire les bonnes conclusions. Cependant, il est vrai que certains guerriers surpassaient largement des milliers d'autres.

Bref, tout ceci pour dire, au final, que moi j'aime bien ces histoires d'hommes se vouant à un art martial pour se fonder une personnalité forte, pour atteindre un objectif très haut. Bien entendu, j'aime ces histoires quand elles se situent dans un contexte assez lointain comme, par exemple, la période des Trois Royaumes (en Chine, vers l'an 300 il me semble) et les périodes post-médiévales au Japon (1500 à 1600 et plus, comme les conquêtes du célèbre Oda Nobunaga (mort en 1582). Sinon, c'est vrai que la période actuelle de la Chine et du Japon ne m'intéresse absolument pas. Mais il faut avouer qu'ils ont quand même un passé intéressant et gigantissime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krail

avatar

Masculin
Nombre de messages : 301
Age : 28
Date d'inscription : 05/08/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Ven 08 Déc 2006, 22:00

Les guerriers chinois d'autrefois méritait le respect c'est vrai. Je n'ai jamais dit que c'était nul... j'aime les registres épiques d'ailleurs. Je disais seulement que du "brise armée" pendant tout un bouquin c'est pas mon genre. Enfin ce livre doit sûrement renfermer une histoire très belle en arrière plan. Mais les histoires japonnaises ne sont pas vraiment mon truc ! Je suis plus intéressé par les histoires de notre civilisation.

Pour en revenir au personnage, je préfère quand le guerrier est montré de manière réaliste, forte, courageux, brave etc... mais pas surhumain, ça enlève tout le réalisme du personnage.

En tout cas merci pour les infos contenues dans ton texte Odi, c'est intéressant à savoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odi-Zan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Date d'inscription : 27/07/2006

MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   Sam 09 Déc 2006, 15:21

Aucun soucis, je me sentais inspiré hier.
Sinon, je suis d'accord avec toi. Je pense que la seule chose que je risque de désapprouver dans ma lecture de La Pierre et le Sabre sera le côté trop héroïque, sans faiblesse, du héros Miyamoto Musashi, alors qu'il en était tout autrement.
Sinon, pour te dire, ce sera le premier livre sur cette civilisation que je lirai; car, moi aussi, j'ai une petite préférence pour notre civilisation dont l'histoire est gigantesque et absolument fascinante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pierre et le sabre - La parfaite lumière EIJII YOSHIKAWA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Romans] La pierre et le sabre / La parfaite lumière
» [roman] La pierre et le sabre
» Yoshikawa, Eiji - Musashi II : La parfaite lumière
» [Eiji Yoshikawa] La parfaite lumière
» Takehiko Inoue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AiDokU - Parole aux lecteurs - :: La bibliothèque :: Romans :: Mémoire/histoire-
Sauter vers: